[SP] La vie d'après de Bruno Madelaine

Cette chronique a pu être réalisée grâce aux services de mise en relation entre auteurs et chroniqueurs du site SimPlement ici. Je remercie par ailleurs l'auteur pour m'avoir fait confiance pour cette collaboration.

Titre : La vie d'après

Auteur : Bruno Madelaine
Qui est il? Auteur français dont ce livre est le premier publié. 

Genre : Philosophie 

Œuvre : Suite au décès de sa femme, Charles au soir de sa propre vie, développe progressivement des symptômes étranges pouvant s’apparenter à des accès de démence sénile. Très vite il sera placé dans une maison de retraite par sa fille, Emma. Elle viendra le visiter, tous les samedis après-midi, pour l’aider à surmonter cette épreuve et tenter d’endiguer l’inexorable hémorragie de ses souvenirs. Elle lui demande alors de lui raconter sa vie, celle qu’elle connaît déjà, pour tenter de ralentir la maladie et de remettre un peu d’ordre dans tout ce méli-mélo mémoriel. Au milieu des histoires délirantes que son père lui conte, Emma croit percevoir une vérité, quelque chose qui semble avoir du sens, mais dont elle ignore tout. Ce qu’elle va découvrir peu à peu, la bouleversera au plus profond d’elle-même. Emma tentera de découvrir la vérité auprès de son père de plus en plus faible. En aura-t-elle seulement le temps ?

Nombres de pages : 165 pages pour la version papier

Lien sur Livraddict ici

Édition : Les éditions du net

Prix : 16€  pour la version papier et 2.99€ pour la version ebook

Site de l'auteur ici

Mon avis :



En lisant le résumé de ce livre, je pensais découvrir une histoire sur le thème de la famille, de la vieillesse. Une histoire où l’auteur nous aurait révélé le lourd secret familiale qui affecterait l’ensemble d’une famille et en chamboulerait toutes les relations. J’étais bien loin de me douter de ce qui m’attendais au sein de ce roman. D’ailleurs, je pense que cela a été un bon point que de ne pas mettre plus en avant la portée philosophique et spirituelle de ce livre car j’aurai eu beaucoup plus d’à priori dans ma lecture. Pour vous expliquer, je ne suis pas trop du style à lire des romans comme je les appelle “prises de têtes”, j’aime lire mais pas au point de me jeter à lecture perdue dans un livre expliquant des théories philosophiques.
Pour résumé, le livre commence par le jour de la mort de Charles, un vieillard bouddhiste, veuf depuis quelques années. On peut dire que le livre commence en nous racontant la fin de l’histoire. Tout le reste du livre est là pour nous raconter le lien qui existe entre les trois personnages principaux : Charles, Héloïse et Justine. Raconté par le personnage principal, les révélations qu’il va faire vont affecter profondément sa fille Emma mais surtout lui apportait une autre vision des choses.
Je m’attendais tellement à autre chose pour ce roman que je me suis mise à lire et j’ai commençais à m’attacher aux personnages comme souvent durant une lecture. Les descriptions physiques et psychiques des protagonistes sont tellement bien réalisées qu’une impression de les connaitre apparaît. A partir de ce moment là il était certain que je n’arrêterai pas ma lecture avant de finir ce livre entièrement.
Au fur et à mesure des pages, de idées philosophiques sur le monde, l’amitié et l’amour sont amenées par l’auteur. De façon subtile, au travers de l’exposé du personnage principal, le lecteur découvre des notions spirituelles qui poussent à la réflexion. La manière dont ces dernières sont amenées rendent le discours plus compréhensible et plus concret. L’utilisation de l’exemple du bouddhisme est également très enrichissantes dans ce roman.
J’ai apprécié que ce texte soit un hymne à l’amour et à l’amitié. Je trouve que c’est un très beau hommage aux relations entre les hommes et apportent une positivité devenue rare dans les rapports des uns aux autres.
Enfin, j’ai apprécié les notes d’humour (parfois noir) disséminées au sein de l’histoire. Malgré la gravité de certains moments du livre, l’auteur a su les agrémenter d’une pointe de rire afin de les rendre plus humains et plus vivants.
Les plus : la thématique, l’apport de notions philosophiques et spirituelles, l’humour, la valorisation d’autres croyances, les personnages.
Les moins : la vision très dur du milieu hospitalier (les comportements du médecin et de l’aide soignante sont réellement très négatifs), les notions philosophiques abordées à la fin du livre sont assez complexes et nécessite parfois une relecture pour être compris.
Au final, j’ai beaucoup apprécié le message de ce livre ainsi que la portée significative qu’il peut avoir.  J’ai aimé qu’il me fasse réfléchir et qu’il m’apporte une manière différente de voir les choses. Je le conseille très fortement.


Note

16/20

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sept contes de Michel Tournier

La lecture numérique et moi

[SP] Tout ce qui compte de Claire Lebreton